Archives de Catégorie: Tous azimuts

De la dureté qui cède

Sad woman concept - closed eyelid closeup with a teardrop on eyelashes.  A tear on eyelashes macro close-up. A tear runs down his cheek. Tinted blue.

Crédit photo : Fotolia | Laura Pashkevich

« Et de sourire enfin me permettait de pleurer enfin. Pas de la petite larmichette amère comme à l’instant d’avant ou au café le matin même, mais de bonnes grosses larmes bien rondes, bien grasses et bien chaudes. Du corps qui lâche. De la dureté qui cède. Du chagrin qui fond » Anna Galvada, Fendre l’armure, recueil de nouvelles.

Poster un commentaire

Classé dans Tous azimuts

Ouï de Camille

site-internet-Camille

Capture d’écran du site internet de Camille

Ouï, le dernier album de Camille qui sortira le 2 juin prochain porte bien son nom, tant il est réjouissant, tant il dit « oui » à la vie !

Je l’ai découvert en live le 16 mai dernier à La Coopérative de mai à Clermont-Ferrand où la chanteuse s’est arrêtée une soirée dans le cadre de sa tournée et c’est l’ensemble de son cinquième album qu’elle a interprété, avec bien sûr quelques incontournables dont le drôle et pétillant Paris.

Assister à un concert, que dis-je un spectacle, de Camille, c’est l’assurance de sortir joyeux, comblé, touché, émerveillé par tant de grâce et de créativité ! Et pourtant, peu d’effets de lumière sur scène, pas de cuivre, juste deux claviers et des percussions, trois musiciens, trois danseuses et Camille drapée dans une toge bleue dont elle se servira tout au long du spectacle de différentes manières. Et à la fin, les yeux mouillés, éreinté et heureux de tant de générosité, c’est l’envie de lui dire « merci ! » qui prédomine.

Je vous propose d’écouter l’une des chansons actuellement disponible sur le net, avant la sortie de l’album le 2 juin. Elle s’intitule Fontaine de lait. Beau, doux et sensuel.

et puis encore Seeds, extraordinaire en début de rappel, hymne à la vie, après le poignant Fille à papa, écrit pour son père récemment disparu.

Camille viendra à coup sûr enflammer le théâtre de Fourvière à Lyon le 20 juillet prochain. Pour découvrir toutes les dates, c’est par ici.

Poster un commentaire

Classé dans Musique maestro!, Tous azimuts

À l’aube

Parc-tete-dor-150517

Hier matin, à 6h45, au parc de la Tête d’Or. Quelques promeneurs de chien, quelques sportifs, un grand calme.

Poster un commentaire

Classé dans Déclic, La photo de la semaine, Tous azimuts

« Taillable et corvéable à merci »

2322046f-604b-413f-a7ba-a9f68c45a560

Crédit photo : Fotolia | Sergey Nivens

Qui ne connaît pas cette expression et le sentiment fort désagréable qui s’en dégage pour qui a vécu la situation ? En entreprise notamment. Mais connaît-on son origine ?

Le mot « taillable » vient de la taille. Pas celle qu’on décline en centimètres ou en mètres mais l’impôt. Celui que les serfs devaient payer à leur seigneur. Je vous l’accorde, cela remonte à quelques années. C’était au Moyen-Age. En ce qui concerne le terme « corvéable », il se rapporte bien sûr à la corvée c’est-à-dire à des jours de travail – non payés cela s’entend – que le serf devait là encore au seigneur. Le droit du travail et les conventions collectives n’existaient pas encore.

Reste, dans notre expression du jour, les mots « à merci » qui signifie « selon le bon vouloir » parce qu’en réalité, le serf était à la merci du seigneur.

Voilà comment on obtient l’expression « être taillable et corvéable à merci » qui signifie « être exploité », « être celui ou celle à qui l’on réserve les corvées ». Cela dit, rien ne nous y oblige et savoir dire « non » est important, ne serait-ce que pour l’estime de soi !

Poster un commentaire

Classé dans Le mot de la semaine, Tous azimuts

Rouge pop !

A lire son nom, on serait prêt à sortir le drapeau français et les autres attributs du chauvinisme. N’allons cependant pas trop vite. Thomas Azier est hollandais. Qu’importe ! Aujourd’hui 12 mai sort le deuxième album, intitulé Rouge, de ce jeune homme a la voix étonnante, à mi-chemin entre « Kanye West et Klaus Nomi » comme l’ont écrit Les Inrockuptibles en janvier dernier. Un album terriblement pop, avec un souffle incroyable et une énergie tellurique.

Je vous propose d’écouter deux morceaux : Gold et Winners

 

Poster un commentaire

Classé dans Musique maestro!, Tous azimuts

Aurore de Blandine Lenoir

Aurore-de-Blandine-Renoir

La cinquantaine, Aurore est en pleine séparation et la ménopause, avec ses soudaines bouffées de chaleur, la guette sauvagement. Pour couronner le tout, elle vient de perdre son emploi de serveuse dans un restaurant et sa fille aînée lui apprend qu’elle va devenir grand-mère. De quoi vaciller ou se relancer dans la vie d’une autre manière. Surtout, si, au détour d’une visite d’appartement, on retrouve par hasard son amour de jeunesse.

Sur un ton tragi-comique, Blandine Lenoir dénonce le sort que la société réserve aux femmes de plus de 40 ans une fois que celles-ci ont accompli leur devoir de mère tandis qu’en parallèle, un homme du même âge semble être promis à une seconde jeunesse. Et le résultat est magnifique, terriblement touchant. Un bel hommage aux femmes de tous les âges sans pour autant accabler les hommes et une bande-son extra, sans compter la prestation d’Agnès Jaoui, excellente de bout en bout.

Pour voir la bande-annonce, c’est par ici.

Poster un commentaire

Classé dans ça tourne!, Tous azimuts

Coquerico !

coquelicots-Baume-de-transit-

Sur la N141, dimanche dernier, au sortir d’un chemin de terre sur la commune de Baume-de-transit dans la Drôme.

Vous reconnaissez cette onomatopée ? C’est bien sûr celle qui imite le chant du coq. Mais avant de devenir une onomatopée, le mot « coquerico » – qui, par la suite, a souvent laissé sa place à « cocorico » – était un substantif masculin qui désignait le chant habituel du coq. Le mot « coquelicot » en serait issu – il apparaît en 1339 -, rapprochement étant fait entre la crête rouge et légèrement tombante du gallinacée et la fleur de coquelicot.

Poster un commentaire

Classé dans Déclic, La photo de la semaine, Tous azimuts