Archives de Tag: vélo

Quand on partait de bon matin

10062017-lac-Miribel-100617

Ce matin un peu avant 9h00, au parc de Miribel Jonage

Lorsque je pars faire du vélo, il me vient toujours en tête à un moment ou un autre cette très belle chanson d’Yves Montand, évocateur de tant de souvenirs.

Quand on partait de bon matin
Quand on partait sur les chemins
A bicyclette
Nous étions quelques bons copains
Y avait Fernand y avait Firmin
Y avait Francis et Sébastien
Et puis Paulette

On était tous amoureux d’elle
On se sentait pousser des ailes
A bicyclette
Sur les petits chemins de terre
On a souvent vécu l’enfer
Pour ne pas mettre pied à terre
Devant Paulette
Faut dire qu’elle y mettait du cœur
C’était la fille du facteur
A bicyclette
Et depuis qu’elle avait huit ans
Elle avait fait en le suivant
Tous les chemins environnants
A bicyclette

Quand on approchait la rivière
On déposait dans les fougères
Nos bicyclettes
Puis on se roulait dans les champs
Faisant naître un bouquet changeant
De sauterelles, de papillons
Et de rainettes
Quand le soleil à l’horizon
Profilait sur tous les buissons
Nos silhouettes
On revenait fourbus contents
Le cœur un peu vague pourtant
De n’être pas seul un instant
Avec Paulette
Prendre furtivement sa main
Oublier un peu les copains
La bicyclette
On se disait c’est pour demain
J’oserai, j’oserai demain
Quand on ira sur les chemins
A bicyclette

Poster un commentaire

Classé dans Déclic, La photo de la semaine, Tous azimuts

2 roues

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne pouvais pas quitter l’Italie sans prendre quelques photos de scooters, le moyen de locomotion roi dans cette ville et ce pays. Les vélos ont aussi toute leur place et cela m’a plutôt surprise. Ce n’était pas l’image que j’en avais. Un cliché qui tombe… c’est plutôt une bonne nouvelle, non ?

Poster un commentaire

Classé dans Déclic

Petit éloge de la bicyclette

Petit éloge de la bicyclette d’Eric Fottorino

Bel hommage que celui que rend Eric Fottorino au vélo dans Petit éloge de la bicyclette. Un hommage en courts chapitres qui sont autant d’anecdotes vécues de l’intérieur. Ainsi évoque-t-il ses rêves de jeunesse de devenir coureur cycliste professionnel mais aussi la mythique course Paris-Roubaix, Merckx, Poulidor et Anquetil ou encore le centenaire du Tour de France célébré en 2003. Loin d’être un panégyrique aveugle, Fottorino n’oublie cependant pas de parler du dopage et de tout ce qui pollue ce milieu depuis plusieurs années. Un livre pour les amoureux du vélo mais aussi pour ceux qui aiment l’écriture de Fottorino, empreinte de sensibilité et de sincérité.

Extrait, page 49 : « Et si la légende des cycles n’était que poudre aux yeux ? Les vérités brutales du Tour de France qui défraient la chronique depuis l’affaire Festina, en 1998, jettent une ombre glaciale sur les amours d’enfance de toute une nation, qui a élevé les rois de la petite reine au rang de demi-dieux, de géants populaires qu’on encourage au bord des routes, que l’on pousse, à l’occasion, d’une tape furtive dans le dos, au plus fort de la pente, de Tourmalet en Galibier. Rien n’a jamais arrêté le Tour, sinon les guerres. C’est dire combien les champignons pédalants ont forcé l’admiration d’un pays gagné à leur cause, petit peuple des boutiques et des ateliers, des champs et des usines, mais aussi intellectuels et penseurs de tout poil croyant reconnaître dans cette aventure bucolique un rien vieillotte – grimper des cols à vélo, mon Dieu ! – la dernière fabrique de héros, une de ces épreuves de force où l’homme, par la souffrance endurée, le courage, la vaillance, se montre plus grand que lui-même, se dépasse, se sublime et « fait rêver ». Un rêve ? Il s’agit bien de cela. Depuis 1903, et après quatre-vingt-quatre éditions de la Grande Boucle, la machine à rêver était demeurée intacte ou presque. Loi du silence, loi de la connivence, anciens champions reconvertis dans la presse, journaux partie prenante dans l’organisation du spectacle, il fallait que la caravane passe, et que les chiens, ou les brebis galeuses, se taisent. Le « pas vu, pas pris » régnait, le peloton se mettait en grève à la première menace de contrôle antidopage surprise sur le Tour, ainsi en 1966. » Eric Fottorino.

Poster un commentaire

Classé dans Les critiques, Les extraits

2R

Voici deux photos que j’ai volontairement recadrées pour tronquer des lettres. Je les ai prises sur le sol à Seignosse cet été. Elles évoquent un objet que j’ai beaucoup côtoyé cet été et que je viens de m’offrir ! Une pure beauté. Je vous le présenterai très bientôt !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

1 commentaire

Classé dans Déclic

Uza, son étang et son calme

Après quelques heures passées près du courant de Huchet le 13 août, je suis passée à Uza, petit village superbe qu’un large étang embellit, repéré lors d’une balade en vélo. Il avait fait très chaud ce jour-là. Il devait être aux alentours de 19h lorsque je suis arrivée. Une fin de chaude journée d’été comme on les aime lorsque la fraicheur, enfin, vient soulager les corps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Poster un commentaire

Classé dans Déclic

Noir et blanc

Sur la suggestion de mon ami Alain, le vélo en noir et blanc…

1 commentaire

Classé dans Déclic