Archives de Tag: lac du Bourget

Douce sérénité

lac-Bourget-050517-050517

Ce matin, au bord du lac du Bourget. Et toujours ce sentiment de quiétude immense lorsque je suis ici.

Poster un commentaire

Classé dans Déclic, La photo de la semaine, Tous azimuts

Terrasse

Terrasse-Bourget-2-090317

1 commentaire

10 mars 2017 · 21 h 51 min

Dans la brume #2

bourget-2-021216-021216

Hier, au petit matin. Le lac du Bourget s’éveille lentement, encore tout enveloppé d’une brume froide et humide.

2 Commentaires

Classé dans Déclic, La photo de la semaine, Tous azimuts

Une journée particulière

Hier, mercredi 4 mai, dans mon pays de cœur…au bord du lac du Bourget en Savoie.

Lamartine n’est pas loin…

« Ce qu’on appelle nos beaux jours
N’est qu’un éclair brillant dans une nuit d’orage,
Et rien, excepté nos amours,
N’y mérite un regret du sage ;
Mais, que dis-je ? on aime à tout âge :
Ce feu durable et doux, dans l’âme renfermé,
Donne plus de chaleur en jetant moins de flamme ;
C’est le souffle divin dont tout l’homme est formé,
Il ne s’éteint qu’avec son âme. »

In Méditations poétiques, Lamartine.

lac-Bourget-040516

Poster un commentaire

Classé dans ils ont dit..., La photo de la semaine, Tous azimuts

Lamartine

Lac du Bourget-181013-1Lorsque je vois ce paysage – le lac du Bourget -, je ne peux m’empêcher de penser à Lamartine…

« Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,

Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges,
Jeter l’ancre un seul jour ?
O lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s’asseoir !
Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.
Un soir, t’en souvient-il ? Nous voguions en silence ;
On n’entendait au loin sur l’onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux
Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos :
Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
Laissa tomber ces mots :
« O temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !
Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent,
Oubliez les heureux.
Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.
Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! »
Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
S’envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?
Eh quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !
Eternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?
O lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !
Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.
Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !»

Le Lac, Méditations XIII.

Poster un commentaire

Classé dans La photo de la semaine

Magnifique Savoie !

En ce 4 mai, je suis partie m’aérer la tête en Savoie… avec mon Pentax évidemment ! Chance, il a fait un temps superbe, légèrement nuageux en fin de journée cependant. La Savoie et son lac du Bourget sont toujours aussi beaux ! Je comprends qu’ils aient tant inspirés Alphonse de Lamartine, par ailleurs ébloui par celle qu’il y rencontrera (Julie Charles) et qu’il surnommera Elvire dans son recueil « Les méditations poétiques ».

« Ô temps, suspends ton vol ! Et vous, heures propices,
Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours ! »

Alphonse de Lamartine, Les méditations poétiques.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Poster un commentaire

Classé dans Déclic, Les extraits