Archives de Tag: lire

Continuer de Laurent Mauvignier

Continuer-Laurent-Mauvignier.png

Jeune adolescent de 17 ans, Samuel est à la dérive. Tout comme sa mère, Sybille, divorcée, qui ne sait plus comment s’y prendre avec lui. Fragile, se sentant débordée de toute part et terriblement seule, elle tente pourtant le tout pour le tout et décide d’emmener son fils au fin fond de l’Asie centrale, dans les contrées kirghizes pour un voyage initiatique de plusieurs mois à dos de cheval.

Le roman de Laurent Mauvignier sorti en août 2016 est à l’image du Kirghizistan : sauvage et brut. L’écriture est nerveuse comme sur le qui-vive, à l’instar de ces deux êtres qui ne savent plus s’écouter, se parler, prêts à s’invectiver à la moindre occasion, ravalant leurs colères, déceptions et hontes. Un roman poignant qui ne parle en réalité que d’amour. Mais pour mieux le faire émerger, il faut parfois aller au bout de soi-même, continuer, dans le plus total dépouillement.

Extrait, page 142 : « Alors Sybille se penche vers lui, très proche, son visage très près du sien. Elle entend son souffle et laisse sa main, ses doigts juste devant la bouche de Samuel, pour que son haleine lui caresse les doigts, ce souffle léger qui s’échappe d’entre ses lèvres ; elle observe comme elle n’a pas pu le faire depuis des années ses traits, sa bouche charnue et rouge, ses yeux fermés et toujours ses cils si grands, presque des cils de femme, des cils qui tenaient des siens et qu’il avait toujours eus, même bébé il avait des cils immenses. Elle le regarde et elle est heureuse de le voir dormir comme il est, sans colère, sans être sur la défensive, sans haine ni jugement contre elle – car peut-être que c’est ce qui est le plus dur : l’impression que chaque fois qu’il la regarde, ce n’est pas pour la voir, elle, comme elle est, mais pour la juger, pour lui prêter des intentions qu’elle n’a pas, pour lui faire un procès qu’elle a perdu d’avance. » Laurent Mauvignier.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Les critiques, Les extraits, Tous azimuts

Lire fait du bien au cerveau !

NM92

Crédit photo : Fotolia | JSCréationphoto

C’est ce que tendent à prouver deux récentes études, l’une menée par le centre Cesmer de l’université de Rome III, l’autre de l’université américaine Emory d’Atlanta en Géorgie. L’idée de départ était de mesurer scientifiquement les effets de la lecture sur le cerveau et son fonctionnement. Il semblerait que le fait de lire augmente la connectivité c’est-à-dire le processus de connexion des neurones. Cet effet, détectable au scanner, est encore visible cinq jours après la lecture. Et ce n’est pas tout ! La lecture aurait également des effets sur notre manière d’être et d’interagir avec la société. Menée auprès d’un échantillon de 1100 personnes, l’étude de l’université de Rome souligne que les lecteurs seraient « plus optimistes, moins agressifs et plus prédisposés à la positivité » et ce, quel que soit le support, une tablette ou un bon vieux livre qui fleure bon le papier et l’encre. Les études ne précisent pas cependant quel type de lecture – conte, polar, science-fiction, roman à l’eau de rose, historique, etc. – provoque quels effets. À vos livres !

3 Commentaires

Classé dans Tous azimuts

Prendre rendez-vous avec soi

Crédit photo: Diego Cervo / Istockphoto

« Lire, ce n’est pas seulement converser avec de grands auteurs du passé et du présent. C’est une expérience de pensée. C’est accueillir en soi d’autres langues, d’autres mondes et d’autres caractères. C’est incorporer dans sa personnalité des savoirs et émois nouveaux. Se saisir d’un roman, c’est prendre rendez-vous avec soi. » Héloïse Lhérété, La littérature, fenêtre sur le monde in Sciences Humaines n°218, août / septembre 2010.

1 commentaire

Classé dans Durant ce siècle ou avant, ils ont dit...

Lire, c’est vivre!

Un blog pour évoquer les livres lus et peut-être donner envie à d’autres de les lire!

Parce que « Lire, c’est vivre, c’est bouger, c’est chercher quelqu’un à qui parler pour débattre. C’est se stimuler, se disputer, se renforcer. c’est rencontrer, voyager, vérifier, aimer, détester ». Boris Cyrulnik in Les nourritures affectives.

Poster un commentaire

Classé dans Tous azimuts