Archives de Tag: festival du mot

Le mot par l’image

C'est gris-gris, non? Crédit photo : Oly5 - Fotolia

C’est gris-gris, non?
Crédit photo : Oly5 – Fotolia

Grigri, zénitude, kitsch, autant de mots – parmi dix – mis en exergue par le ministère de la Culture et de la Communication à l’occasion de la semaine de la langue française et de la francophonie qui aura lieu du 14 au 23 mars prochains. Des mots que le festival du Mot de la Charité-sur-Loire propose au public d’illustrer par une photo pour créer une œuvre collective réunissant tous les clichés réceptionnés. Cette dernière sera présentée au prochain festival du mot du 27 au 31 mai.

Pour participer : Festival du mot 2015

À vos appareils !

 

2 Commentaires

Classé dans Déclic

De transition à selfie

Transition-bis-24052014-0241

C’est officiel, les mots de l’année 2014 sont « Transition » et « Selfie ».

Organisée par le Festival du Mot à La Charité-sur-Loire – qui se déroulera du 28 mai au 1er juin prochain -, l’élection du mot de l’année a pour objectif de sélectionner un mot caractéristique de l’état d’esprit en France, de traduire un « air du temps ».

« Transition » est le mot de l’année choisi par le jury du festival présidé par Alain Rey. « Selfie » est celui élu par le public.

Que faut-il donc en conclure sur l’état d’esprit de la France ? Visiblement, les Français développent leur égo puisqu’ils aiment à se prendre en photo avec leur téléphone portable. De là à dire que l’individualisme gagne du terrain, c’est sans doute exagéré mais cette propension à se photographier régulièrement et à publier le cliché sur les réseaux sociaux m’interroge. Le collectif s’effacerait-il au profit du « Moi, moi, moi » ?

Le second mot me semble plus prometteur quand bien même et à ses débuts, le mot « transition » désignait le passage de vie à trépas. Aujourd’hui, l’expression « être en transition » désigne, de manière plus large, le passage d’un état à un autre. Elle contient l’idée d’une évolution graduelle, d’un cheminement pour aboutir à quelque chose d’autre, une transformation quel que soit le résultat de cette dernière, meilleure ou pire.

Résolument optimiste, je veux croire que c’est « autre » est bien meilleur encore.

Dans la terminologie marxiste, la transition est cette « phase particulière de l’évolution d’une société, celle où elle rencontre de plus en plus de difficultés, internes ou externes, à reproduire le système économique et social sur lequel elle se fonde et commence à se réorganiser, plus ou moins vite et plus ou moins violemment sur la base d’un autre système qui, finalement, devient à son tour la forme générale des conditions nouvelles d’existence ».

À considérer notre société, il semblerait que nous en soyons effectivement à ce point, les « selfies » éclairant la route vers cet autre aux contours encore flous.

Poster un commentaire

Classé dans Le mot de la semaine, Tous azimuts

De la transparence au mensonge

Transparence-4443Ce lundi, j’évoquais sur ce blog le festival du mot organisé à la Charité-sur-Loire et son incontournable étape consistant à élire le mot de l’année. Le verdict est tombé…

Si le jury du festival a choisi « transparence », les internautes ont, quant à eux, élu le mot « mensonge ». Et voici ce que dit Alain Rey, président d’honneur du festival, à la manière de ses chroniques matutinales sur France Inter : « Parmi les mots qui ressemblent à ce qu’ils expriment, en voici un, TRANSPARENCE, qui réclame la visibilité de ce que l’on soupçonne caché. Une matière parfaitement transparente, le verre, le cristal le plus pur ne révèlent nulle forme et nul aspect dans les ténèbres. Ainsi réclamer la transparence n’a aucun sens si on néglige d’apporter la lumière. Au sens figuré, la TRANSPARENCE est parée d’une vertu active, alors qu’elle ne marque qu’une virtualité. En tant que caractère physique, la TRANSPARENCE est passive ; laisser transparaître est encore plus faible que laisser paraître et n’a presque rien à voir avec montrer ni avec éclairer ou clarifier. En outre, on ne réclame la TRANSPARENCE que lorsque l’opacité règne. »

Quand au mot choisi par les internautes, « mensonge », il n’est, selon Alain Rey, pas si éloigné de la transparence : « Apparemment claire, la signification de TRANSPARENCE est ambiguë. Les humoristes en ont profité : se rendre transparent, c’est aussi se rendre invisible ; on devient vitre. A quelqu’un qui empêche de voir, on dit « ton père n’était pas vitrier », mêlant bizarrement l’ouvrier et son œuvre. A quelqu’un qu’on soupçonne de cacher ses actes ou ses biens on pourrait déclarer : «  Ton père n’était pas détective – ou journaliste pour Mediapart ! » De toute façon, ni transparence ni clarté ne sont héréditaires. On peut craindre que ces artistes en apparences que sont les candidats au pouvoir et à l’argent (on s’étonne naïvement que ces deux appétences puissent se mêler) ne fassent paraître, au cœur de l’ombre, que de flatteuses apparences. Vaut-il mieux subir le secret, ou le mensonge ? »

1 commentaire

Classé dans Le mot de la semaine, Tous azimuts

Festival de mots

PrintComme chaque année depuis huit ans, La Charité-sur-Loire organise son festival du mot pour mettre les mots « au cœur de chaque création ». Incontournable étape de ce rendez-vous annuel : le mot de l’année 2013. Il s’agit de choisir, dans une liste de mots proposés par le célèbre Alain Rey – ex chroniqueur de France Inter qui nous régalait chaque matin avec ses mots – celui qui « illustre le mieux l’année en cours ». Voici la liste en question : anaphore – cap – compétitivité – couac – déficit – fraude – impacter – mensonge – traçabilité – transparence – visibilité – voyeurisme.

Personnellement, j’ai choisi « anaphore »… souvenez-vous : « Moi, président… »

Et vous ? Pour quel mot voteriez-vous ?

Le festival du mot, c’est du 29 mai au 2 juin prochain à La Charité-sur-Loire et pour en savoir plus, c’est par là : www.festivaldumot.fr

3 Commentaires

Classé dans Tous azimuts

Le Festival du mot

Page d’accueil du site Le Festival du mot

Dans exactement quinze jours démarrera le Festival du mot à La Charité-sur-Loire (Nièvre). Créé par Marc Lecarpentier en 2005 et piloté par l’association Mot-et-Mots qu’il préside, le Festival du mot vise la promotion des… mots (vous l’aurez compris !) à travers toutes les disciplines artistiques,  de l’écriture à la danse en passant par la musique, le théâtre et les arts plastiques. Il s’agit de « faire vibrer les mots pour mieux réfléchir à leur magie et leurs pouvoirs avec la conviction que les mots doivent se partager avec le plus grand nombre » indique le site Internet du festival. Et pour joindre le geste à la parole ou à l’écriture plutôt, les internautes sont invités à voter (encore oui ! Mais c’est plutôt signe que nous sommes en démocratie, alors réjouissons-nous !) pour le mot de l’année 2012 en choisissant parmi une liste de quinze termes établie par l’incontournable Alain Rey. Y figurent donc pêle-mêle : agence de notation, amalgame, arrogance, changement, déficit, identité, (in)dignité, ingérence, promesse(s), populisme, pugnacité, réseau social, rupture, sociétal, tablette. En ce qui me concerne et à seulement 9 jours de la date qui a vu apparaître, sur le petit écran, le visage et le nom du nouveau président de la République française, je voterais bien pour « changement ». Ni révolution, ni stagnation, une évolution que l’on espère positive pour le plus grand nombre, apaisante et dynamique à la fois, constructive et riche en enseignements. Bon, vous me direz sans doute qu’on a déjà vu des « changements dans la continuité ». Ce à quoi je répondrai que « ceux qui en ont été les auteurs, en des temps pas si lointains, ont fait preuve d’une belle arrogance voire d’indignité en proclamant haut et fort la rupture, s’érigeant ainsi agence de notation du changement. Leurs promesses, relayées avec pugnacité, via leur tablette sur le réseau social Facebook ou Twitter n’ont fait qu’alimenter le populisme rampant, reprenant des débats éculés sur l’identité et nourrissant les amalgames de tout poil. Sans doute l’argument de ceux qui sont en déficit…de tout. Un seul mot d’ordre face à cette dérive que je n’espère pas sociétale : l’ingérence par le vote ! ».

Le Festival du mot, ce sera du 30 mai au 5 juin 2012 mais pour voter pour le mot de l’année, c’est jusqu’au 22 mai minuit seulement et c’est par là : www.festivaldumot.fr

Vous pouvez aussi nous faire part de votre choix sur ce blog… vous verrez ce n’est pas si facile de sélectionner « LE » mot.

Poster un commentaire

Classé dans Tous azimuts