Archives de Tag: jeter

« Jeter son bonnet par-dessus les moulins »

Crédit photo : Wierink-video / Istockphoto

Bien que ce ne soit pas la saison des bonnets, quoi que… on se demande si l’hiver n’est pas de nouveau là certains matins, je vous propose cette expression très imagée. Elle date du XVIIe siècle. Elle a en fait plusieurs significations qui toutes évoquent une certaine forme de renoncement : « Se reconnaître incapable de résoudre une difficulté », « Donner sa langue au chat », « S’arrêter dans un récit, parce qu’on n’en connaît pas la suite » et « Agir librement sans se soucier de l’opinion ». Cette dernière signification date cependant du XIXe siècle.

La première partie de cette expression est assez claire : on jette son bonnet, sa coiffe ou son chapeau de colère, d’agacement, de rage. Pour les moulins, les lexicographes peinent à trouver une explication. Tout au plus supposent-ils que les moulins étant souvent installés sur des hauteurs, parvenir à jeter son bonnet par-dessus les moulins donnait une bonne indication du niveau de renoncement puisque cela nécessitait de le lancer très haut et très loin.

Poster un commentaire

Classé dans Tous azimuts

« Jeter à la borne »

Crédit photo-Run/Fotolia.com

Après « jeter sa gourme », « jeter à la borne ». Le terme « borne » désigne ici les pierres plantées près des murs, dont on trouve encore la trace aujourd’hui dans le vieux Lyon et ailleurs. Elles étaient placées à l’encoignure des édifices, à côté des portes, pour les préserver du choc des voitures. Nommées ainsi en raison de leur ressemblance avec les bornes des chemins, les bornes étaient aussi appelées « boute-roue ». « Jeter à la borne » signifie ici « se débarrasser sans ménagement de quelqu’un ou de quelque chose ».

1 commentaire

Classé dans Tous azimuts

« Jeter sa gourme »

Crédit photo - Laure Fons / Fotolia

Apparu au XIIIe siècle, la gourme désignait une maladie de la peau et du cuir chevelu proche de l’eczéma et de l’impétigo. Six siècles plus tard, on retrouve le mot dans l’expression « jeter sa gourme ». Plus de maladie de peau mais plutôt une maladie de la jeunesse de l’époque qui s’amusait et faisait des folies. Tel est le sens de cette expression aujourd’hui désuète mais dont la pratique concrète, elle, ne se perd pas, siècle après siècle !

Poster un commentaire

Classé dans Tous azimuts