Archives de Catégorie: Musique maestro!

extraits de musique

Ouï de Camille

site-internet-Camille

Capture d’écran du site internet de Camille

Ouï, le dernier album de Camille qui sortira le 2 juin prochain porte bien son nom, tant il est réjouissant, tant il dit « oui » à la vie !

Je l’ai découvert en live le 16 mai dernier à La Coopérative de mai à Clermont-Ferrand où la chanteuse s’est arrêtée une soirée dans le cadre de sa tournée et c’est l’ensemble de son cinquième album qu’elle a interprété, avec bien sûr quelques incontournables dont le drôle et pétillant Paris.

Assister à un concert, que dis-je un spectacle, de Camille, c’est l’assurance de sortir joyeux, comblé, touché, émerveillé par tant de grâce et de créativité ! Et pourtant, peu d’effets de lumière sur scène, pas de cuivre, juste deux claviers et des percussions, trois musiciens, trois danseuses et Camille drapée dans une toge bleue dont elle se servira tout au long du spectacle de différentes manières. Et à la fin, les yeux mouillés, éreinté et heureux de tant de générosité, c’est l’envie de lui dire « merci ! » qui prédomine.

Je vous propose d’écouter l’une des chansons actuellement disponible sur le net, avant la sortie de l’album le 2 juin. Elle s’intitule Fontaine de lait. Beau, doux et sensuel.

et puis encore Seeds, extraordinaire en début de rappel, hymne à la vie, après le poignant Fille à papa, écrit pour son père récemment disparu.

Camille viendra à coup sûr enflammer le théâtre de Fourvière à Lyon le 20 juillet prochain. Pour découvrir toutes les dates, c’est par ici.

Poster un commentaire

Classé dans Musique maestro!, Tous azimuts

Rouge pop !

A lire son nom, on serait prêt à sortir le drapeau français et les autres attributs du chauvinisme. N’allons cependant pas trop vite. Thomas Azier est hollandais. Qu’importe ! Aujourd’hui 12 mai sort le deuxième album, intitulé Rouge, de ce jeune homme a la voix étonnante, à mi-chemin entre « Kanye West et Klaus Nomi » comme l’ont écrit Les Inrockuptibles en janvier dernier. Un album terriblement pop, avec un souffle incroyable et une énergie tellurique.

Je vous propose d’écouter deux morceaux : Gold et Winners

 

Poster un commentaire

Classé dans Musique maestro!, Tous azimuts

Je te supplie d’Alex Beaupain

Sorti il y a un peu plus d’un an, le sixième album d’Alex Beaupain, intitulé Loin, évolue entre des amours à la peine et le constat mélancolique et douloureux du temps qui passe, du vide abyssal qu’ont laissé derrière eux et devant nous ceux qui nous ont quittés. Trop tôt, trop vite.

Un album subtil, délicat, tout en retenue, dont les mélodies, si l’on ne prêtait pas attention aux textes, pourraient nous faire penser que c’est un album joyeux. Sans doute une manière de se protéger, d’amortir la peine, d’offrir à ses maux et ses mots une aire de réconfort pour mieux préserver la pulsion de vie.

Je vous propose d’écouter Je te supplie composée par Julien Clerc – très identifiable. Dans cette chanson, Alex Beaupain évoque son amoureuse, partie trop tôt et dont il a dit, dans une interview à L’Obs en mars 2016 : « elle est morte alors que je l’aimais toujours, je resterai donc amoureux d’elle toute ma vie. »

 

Ce matin par habitude / J’ai mis le couvert pour deux / Mon chemin de solitude / S’allonge chaque jour un peu / Je me couche en diagonale / Pour occuper entièrement / Nos draps froids comme une dalle / Nos draps trop grands à présent / Je te supplie / De m’adresser d’après la vie / Un signe que je te manque aussi /

Je te supplie / De me répondre même si / Personne ne répond d’ici / Personne ne répond d’ici /

La pluie tombe tout l’automne / Le soleil brille l’été / Ces banalités m’étonnent / Que tout puisse continuer / Et que le temps se déroule / Long ruban de jours et d’heures / Fleuve indifférent qui coule / Dans le lit de nos douleurs / Je te supplie / De m’adresser d’après la vie / Un signe que je te manque aussi /

Je te supplie / De me répondre même si / Personne ne répond d’ici / Personne ne répond d’ici /

Au détour d’un carrefour / Où nous vivions autrefois / J’ai voulu devenir sourd / Car quelqu’un riait comme toi / Il ne faut pas m’en vouloir / Je l’avais presque oublié / Ce grelot, ce tintamarre / Qui dans tes rires tintait /

Je te supplie / De m’adresser d’après la vie / Un signe que je te manque aussi / Je te supplie / De me répondre même si / Personne ne répond d’ici / Personne ne répond d’ici.

2 Commentaires

Classé dans Musique maestro!, Tous azimuts

Wild fire de Laura Marling

L’année 2017 est décidément riche musicalement. Je vous propose de découvrir Semper femina, le sixième album de Laura Marling, jeune auteure, compositrice, interprète britannique. Un album folk intime où percent les influences de Neil Young et Joni Mitchell. Un « album-ode » à la féminité d’où son titre Semper femina, emprunté à Virgile. C’est doux, mélancolique, langoureux… tout simplement magnifique.

Et Laura Marling n’a que 27 ans ! Prometteur !

Et voici Wild Fire…

Poster un commentaire

Classé dans Musique maestro!, Tous azimuts

L’amour en solitaire de Juliette Armanet

Voix cristalline, délicatesse des mots et de la mélodie, sensualité presque palpable, pureté du piano et quelque chose de Véronique Sanson et de la Maison Tellier.

Sortie de l’album Petite amie de Juliette Armanet le 7 avril prochain et en écoute ici le magnifique L’amour en solitaire, écrit il y a trois ans.

Poster un commentaire

Classé dans Musique maestro!, Tous azimuts

Le grand amour d’Albin de la Simone

L'un-de-nous-Albin-de-la-Simone

En ce vendredi pluvieux, je vous invite à rester chez vous en compagnie du dernier album d’Albin de la Simone, L’un de nous. Un album ouaté aux sons enveloppants, des textes épurés sur l’amour, le couple, le temps dont les mots restent en suspens comme s’ils allaient vivre par eux-mêmes, comme un subtil parfum dans l’air ambiant. Un album éthéré.

Je vous propose d’écouter Le grand amour.

Poster un commentaire

Classé dans Musique maestro!, Tous azimuts

America

Magazine-America

4 numéros par an pendant 4 ans. C’est ce que nous proposent Eric Fottorino, fondateur du journal Le 1 et François Busnel, journaliste, critique littéraire, producteur et animateur de l’émission La Grande Librairie avec le magazine America. A chaque fois, 192 pages d’enquêtes, de reportages et d’entretiens écrites par des auteurs américains et français pour découvrir, analyser, mieux comprendre l’Amérique de Donald Trump.

C’est dès maintenant en kiosque et en librairie à 19€ le numéro.

Et pour accompagner ce billet, je vous propose d’écouter l’un des magnifiques morceaux du groupe de folk rock américano-britannique des années 70, America, I need you, issu de l’album America sorti en 1971. Une pépite !

Poster un commentaire

Classé dans Les p'tits nouveaux!, Lu dans la presse, Musique maestro!, Tous azimuts