Éloge du risque d’Anne Dufourmantelle

Eloge du risque-Anne Dufourmantelle

Dans une société qui a érigé le principe de précaution comme une règle presque absolue, censée nous protéger (contre quoi ? contre qui ?) tout en nous rappelant que le risque zéro n’existe pas, Anne Dufourmantelle interroge le risque. Qu’est-ce que prendre un risque ? Que signifie « risquer sa vie » ? Dans différents domaines, Anne Dufourmantelle explore l’idée du risque et nous invite à le découvrir comme une source infinie de possibilités créatives, une reconquête de notre liberté. À l’heure du tout sécuritaire et de l’état d’urgence, Éloge du risque est un livre salvateur.

Extrait, page 11 : « Risquer sa vie est l’une des plus belles expressions de notre langue. Est-ce nécessairement affronter la mort – et survivre… ou bien y a-t-il, logé dans la vie même, un dispositif secret, une musique à elle seule capable de déplacer l’existence sur cette ligne de front qu’on appelle le désir ? Car le risque – laissons encore indéterminé son objet – ouvre un espace inconnu. Comment est-ce possible, étant vivant, de le penser à partir de la vie et non de la mort ? À l’instant de la décision, il interroge notre rapport intime au temps. Il est un combat dont nous ne connaîtrions pas l’adversaire, un désir dont nous n’aurions pas connaissance, un amour dont ne saurions pas le visage, un pur événement ». Anne Dufourmantelle.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Les critiques, Les extraits, Tous azimuts

5 réponses à “Éloge du risque d’Anne Dufourmantelle

  1. A reblogué ceci sur jasminsurterreet a ajouté:
    Via lekawalitt.wordpress.com :

    Extrait, page 11 : « Risquer sa vie est l’une des plus belles expressions de notre langue. Est-ce nécessairement affronter la mort – et survivre… ou bien y a-t-il, logé dans la vie même, un dispositif secret, une musique à elle seule capable de déplacer l’existence sur cette ligne de front qu’on appelle le désir ? Car le risque – laissons encore indéterminé son objet – ouvre un espace inconnu. Comment est-ce possible, étant vivant, de le penser à partir de la vie et non de la mort ? À l’instant de la décision, il interroge notre rapport intime au temps. Il est un combat dont nous ne connaîtrions pas l’adversaire, un désir dont nous n’aurions pas connaissance, un amour dont ne saurions pas le visage, un pur événement ». Anne Dufourmantelle.

  2. Dans ma read list 😉 merci pour le partage.

  3. Jean-Louis

    Ouaip !
    Je viens de le mettre dans ma liste de livres à lire 😉
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s