Le « naming » se développe

France Paris barcode, vector

France Paris barcode, vector

 

Le mot – assez laid en anglais, bien pire encore en français – comme la pratique sont de plus en plus courants. Quel mot ? Quelle pratique ? Celui ou celle du « naming » aussi appelée « nommage ». Elle consiste « pour le propriétaire d’un lieu à en céder le nom à une marque commerciale contre de l’argent » comme l’explique Henri Seckel, journaliste au Monde, dans l’édition Sport et Forme du 31 octobre dernier. C’est ainsi qu’entre autres le tournoi de Bercy se nomme désormais le BNP Paribas Masters, que le Palais omnisports de Paris-Bercy a pris pour nom AccorHotels Arena et que le vieux stade de rugby de Vénissieux, après rénovation complète, s’est vu affubler du nom de Matmut Stadium. À Madrid, certaines lignes de métro sont déjà victimes de cette mode puisque la ligne 2 s’appelle « Linea 2 Vodafone ». La tendance ne manque évidemment ni de soutien ni de contradicteurs comme le relate Henri Seckel. Certains estiment choquant de rebaptiser des édifices publics et regrettent que le patrimoine public ne puisse être un vecteur de mémoire et de transmission. D’autres sont plus pragmatiques et arguent que dans une société de consommation comme la notre, cela fait partie du jeu.

La guerre sourd et vous n’avez pas fini d’entendre parler du « naming ».

Publicités

1 commentaire

Classé dans Le mot de la semaine, Tous azimuts

Une réponse à “Le « naming » se développe

  1. domi

    Personnellement, je trouve cette pratique très laide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s