Sortie posthume

La capacité de s'aimer-Elsa-Cayat

Son nom était fort peu connu avant le 7 janvier. Puis il a été prononcé quasiment en boucle sur les ondes et les écrans avant que le temps ne commence à faire son œuvre. Psychanalyste, Elsa Cayat intervenait deux fois par mois chez Charlie Hebdo pour lequel elle écrivait la chronique « Charlie Divan ». Elle est tombée sous les rafales de balles avec ses compagnons qu’étaient Cabu, Wolinski, Charb et les autres le 7 janvier dernier. Sorti en mai aux éditions Payot, entre deux longs week-end printaniers, le livre qu’elle avait terminé juste avant la tuerie, La capacité de s’aimer, mérite d’être remis sur le devant de la scène. Son essai « appelle [chacun d’entre nous] à la possibilité d’être soi, seul accès possible à l’amour », pour réinventer le vivre-ensemble. Et voici ce qu’Elsa Cayat écrit :

« La capacité de s’aimer, c’est celle de rompre cette chaîne, tant individuelle que sociale, celle de prendre son destin en main et son désir au sérieux. La capacité de s’aimer, c’est être face à sa terrifiante capacité d’agir, au risque de prendre des coups. La capacité de s’aimer, c’est être à la barre de sa propre responsabilité, ne plus se cacher, craindre mais regarder sa crainte en face, ne plus haïr, ni se haïr ».

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Les p'tits nouveaux!, Tous azimuts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s