Benjamin Clementine : l’étoile montante

La tignasse épaisse et crépue, de grands yeux noirs et tristes, ce Londonien d’origine ghanéenne de 26 ans a commencé son irrésistible ascension en 2009, lorsqu’il est repéré dans le métro parisien. Puisant son inspiration dans la soul et le jazz, il s’est aussi nourri des textes de Léo Ferré, Jacques Brel et Nina Simone pour nous offrir un duo voix-piano d’une brutalité émouvante.

« Je veux raconter des histoires aux gens en utilisant mon imaginaire, un peu comme si je faisais de la littérature. Mon approche est de proposer quelque chose qui serait à la fois très simple et très fort, un peu comme le faisait William Blake » a déclaré Benjamin Clementine aux Inrocks en avril 2014.

Voici le morceau Condolence, qui signifie Condoléances issu de l’album At least for now.

À écouter également, issu du même album, Cornerstone :

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Musique maestro!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s