L’attente de l’aube de William Boyd

Couverture L'attente de l'aube de William BoydD’abord posez le décor et l’époque : Vienne, 1913. Prenez ensuite un jeune comédien de théâtre britannique d’origine autrichienne par sa mère, venu dans cette ville consulter un psychanalyste pour cause d’anorgasmie. Ajoutez une belle et sensuelle sculptrice à tendance hystérique, rencontrée dans la salle d’attente du docteur Bensimon. Agrémentez la rencontre torride qui ne manque pas d’intervenir avec quelques officiers britanniques aux rôles troubles et vous obtiendrez le onzième roman de William Boyd. Un roman d’espionnage tout à fait bien mené dans une Europe en guerre avec de belles descriptions de la ville des Habsbourg !

Extrait, page 139 : « Dans son salon octogonal, Lysander faisait face à Alwyn Munro et Jack Fyfe-Miller. Des rafales de neige s’abattaient sur les portes-fenêtres, et le feu dans l’âtre luttait vaillamment contre le froid de la journée. Pour une raison quelconque, Fyfe-Miller portait son uniforme d’officier de marine – avec une brochette de médailles sur la poitrine -, ce qui le faisait paraître plus sérieux, un professionnel en exercice. Munro était en costume trois-pièces, du tweed épais, comme s’il partait pour un week-end de chasse dans le Perthshire. « J’ai réfléchi, avança Lysander avec prudence, au cours de ces derniers jours. Et un fait m’est apparu d’une clarté absolue. Je ne peux pas prendre le risque d’aller devant le tribunal.

– Feuerstein me dit que votre défense est inattaquable, répliqua Munro.

– Nous savons tous combien tout cela peut mal tourner.

– Et donc, vous voulez vous faire la belle », dit Fyfe-Miller en allumant une cigarette. Une fois de plus, Lysander constata à quel point son apparence banale cachait un esprit vif.

« Oui. En un mot. »

Les deux visiteurs se regardèrent. Munro sourit : « Nous avions parié entre nous sur le temps qu’il vous faudrait pour en arriver à cette conclusion. »

– C’est le seul moyen, en ce qui me concerne.

– ça pose de vrais problèmes », dit Munro qui commença à les évoquer. L’ambassade d’Angleterre, comme toutes les ambassades à Vienne, était truffée d’informateurs. Un tiers du personnel autrichien était, à son avis, à la solde du ministère de l’Intérieur. Ceci, ajouta-t-il, était parfaitement normal et attendu – la réciproque s’appliquant à Londres. « Par conséquent, poursuivit-il, si vous nous quittiez, on le remarquerait très vite. Vous êtes constamment surveillé même s’il n’en paraît rien. Quelqu’un alerterait la police. » William Boyd.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Les critiques, Les extraits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s