De chair et de sang de John Harvey

Couverture De chair et de sang de John HarveyExcellent polar que celui que je viens de terminer ! Premier roman de John Harvey, De chair et de sang est noir certes mais haletant. C’est simple… une fois que vous aurez ouvert ce livre, vous aurez beaucoup de mal à le refermer.

Démissionnaire de la police britannique après y avoir passé trente ans, séparée de sa femme, Franck Elder tente d’apprivoiser le temps et les journées « normales » c’est-à-dire sans violence et sans interrogatoire, dans les Cornouailles. Il ne tarde cependant pas à reprendre sa casquette d’inspecteur principal – au moins dans sa tête – lorsqu’il apprend qu’un détenu qu’il a fait emprisonner pour viol et meurtre il y a plusieurs années vient de bénéficier d’une liberté conditionnelle. L’une des victimes de ce dernier n’a, en effet, jamais été retrouvée et Elder avait promis aux parents qu’il la retrouverait.

Extrait, page 30 : « Le patron du pub le plus proche n’était pas, sans doute, renommé, pour son urbanité, mais Elder avait pointé assez souvent son nez au bar pour avoir droit à autre chose qu’un sourire méprisant.

– Il y a eu un appel pour vous, annonça le patron. Une femme. Ça doit être pour vous réclamer la pension alimentaire, sans doute. (Son rire tonitruant, emplit l’espace au-dessus du bar.) Vous devez bien avoir une raison, pour vous planquer comme ça dans un endroit pareil. Elle a dit qu’elle rappellerait vers neuf heures.

Katherine ? se demanda Elder. Joanne ?

Ce n’était ni l’une ni l’autre. Bien qu’il n’eût pas entendu sa voix depuis deux ans, Elder reconnut sans mal les intonations chantantes et les tournures de Maureen Prior. Autrefois seconde d’Elder, elle était à présente inspectrice principale dans la Division des crimes majeurs de Nottingham, au poste qu’avait autrefois occupé Elder lui-même.

– Maureen, que se passe-t-il ?

– Shane Donald.

– Comment ça, Shane Donald ?

– On est sur le point de le libérer. Sous contrôle judiciaire. J’ai pensé que tu aimerais être au courant.

– Merci, Maureen.

A l’âge de dix-sept ans, déclaré coupable de meurtre, Donald avait été envoyé en prison. Quant au co-accusé, Alan McKeirnan, plus âgé que lui et reconnu comme étant le meneur du tandem, les juges l’avaient condamné à la détention à perpétuité. Cela se passait en 1989. A présent, Shane Donald devait avoir passé le cap de la trentaine. » John Harvey.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Les critiques, Les extraits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s