Faire de la perruque

Crédit photo Urbanhearts / Fotolia.com

Après « rôtir le balai », voilà encore une expression amusante dont le sens n’est pas immédiatement évident. L’expression est apparue au milieu du 19e siècle dans le milieu du bâtiment et chez les ouvriers des arsenaux. Elle signifie : « réaliser, pendant les heures de travail, une tâche personnelle, avec le matériel de l’entreprise ». Une sorte d’Etat dans l’Etat. Quel rapport ou point commun avec la perruque me direz-vous ? La dissimulation. La perruque dissimule une calvitie naissante ou permet à son porteur de se grimer et, par extension, de « tromper » l’autre, de ne pas se montrer sous son apparence réelle. Le travail en perruque consiste à tromper son employeur en lui faisant croire qu’on travaille pour le compte de ce dernier alors qu’on travaille pour soi avec les moyens de l’entreprise. En attendant, ne travaillez pas trop du chapeau !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Tous azimuts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s